Dans le potager en permaculture comme dans les autres, il existe une culture particulièrement sensible à une maladie qui désespère même les jardiniers expérimentés : la courgette et l’oïdium. Cette maladie cryptogamique s’installe sur les grandes feuilles de vos plants de courgettes et les font se dessécher avec le temps, rendant vos récoltes peu abondantes. Mais ne vous inquiétez pas ! Une fois que la maladie a été identifiée, il est assez facile de la faire disparaître !

Comment reconnaître l’oïdium sur les plants de courgette ?

L'oïdium est une maladie cryptogamique causée par des champignons qui aiment particulièrement les atmosphères humides et chaudes. C’est pourquoi les mois de mai et de septembre sont les mois au jardin où la maladie se propage le plus rapidement.

En période chaude et humide au jardin, et que vous cultiviez un potager classique ou en permaculture, vous aurez la désagréable surprise de voir apparaître une sorte de duvet blanc sur les larges feuilles de vos plants de courgette. Ce duvet blanc s’apparente à de la moisissure. Si, au départ, ce duvet ne touche que la face intérieure des feuilles, la face la plus tendre, il n’est pas rare de la voir migrer vers la face extérieure des feuilles, vers les tiges puis, malheureusement, vers les fleurs et les légumes de vos plants. On peut aussi voir les feuilles des plants de courgette subir des déformations comme des boursouflements ou des gondolements.

Taches blanches sur les plants de courge...
Taches blanches sur les plants de courge...
Taches blanches sur les plants de courge...

Comment lutter naturellement contre l’oïdium ?

Les traitements préventifs

Afin d’éviter les mauvaises surprises, offrez à vos plants de courgette un traitement préventif. Pour éviter le développement de ces champignons :

  • Respectez scrupuleusement la distance en deux plants car des plants trop serrés favoriseront une ambiance humide. À l’inverse, en les espaçant suffisamment, ils profiteront d’une bonne aération. 
  • Évitez également les arrosages trop importants, ne mouillez pas les feuilles de vos plants et nettoyez régulièrement vos cultures.
  • Enfin, en apportant à vos pieds du purin d’orties ponctuellement, vous renforcerez leur résistance à ce type de maladie.

Les traitements curatifs

Si la maladie est déjà présente, ne paniquez pas, il existe des solutions qui vous permettront d’enrayer l’épidémie. Commencez par couper les feuilles et les tiges atteintes en procédant rapidement mais proprement. Ne laissez pas de blessures à vos plants au risque que d’autres maladies s’infiltrent. Coupez aux heures les plus chaudes de la journée afin que les plaies sèchent rapidement. 

Si vos plants sont vraiment atteints, vous pourrez pulvériser du soufre dilué dans de l’eau en respectant évidemment les doses prescrites. Plus écologique, vous pourrez aussi vaporiser du lait dilué sur vos plants en coupant une dose de lait avec dix doses d’eau. Une décoction d’ail peut également être très efficace, notamment sur ce type de maladie fongique car l’ail a des vertus fongicides. Elle s’utilise aussi en préventif à raison d’une à deux pulvérisations par semaine. En traitement curatif, il faudra l’utiliser chaque jour jusqu’à disparition des symptômes.

Une pulvérisation d’eau et de bicarbonate de soude pourra aussi faire des miracles contre cette maladie. Pour cela, diluez une cuillère à café de bicarbonate dans un litre d’eau. Le savon noir est aussi un allié de taille pour le potager. Une cuillère à soupe ajoutée dans chaque litre des préparations citées ci-dessus accentuera leur action en permettant aux traitements de mieux adhérer aux feuilles.

Une fois que vos plants sont très atteints, il n’est pas garanti que ces traitements fonctionnent parfaitement. Alors, pensez à protéger vos plants rapidement et agissez dès les premiers symptômes. Et n’oubliez pas que l’oïdium est une maladie friande des cucurbitacées alors protégez aussi vos courges, melons et vos concombres.